La production d’écrits…

écrire avec la souris

Le chat de Philippe Geluck

Bon, aujourd’hui, je m’attaque à un gros morceau ! La production d’écrits.

En effet, j’en suis à ma 6ème école maintenant, et c’est toujours la même chanson. En début d’année, quand je lance une production d’écrits, la première question posée est: Combien doit-on écrire de lignes ?!!!

C’est dingue… En plus, quand je gère les premiers jets c’est tout pourri pour la majorité !

Alors, Comment, pourquoi, euh ???… 

Tout d’abord, ma première remarque serait que tous les enfants savent très bien ce qu’ils produisent: les “bons” savent qu’ils écrivent plutôt bien (et c’est vrai !!!) et les “moins bons” savent qu’ils écrivent de la m… (Et c’est vrai aussi !!!), ce qui amène forcément des tactiques d’évitement.

Ensuite, et c’est lié à la première remarque, quand il faut corriger, c’est vite le calvaire ! Pour les enfants, comme pour nous. Puisque qu’il y a des disparités énormes entre les élèves. Entre ceux qui n’ont presque rien à faire, ceux qui ont 2 pages à revoir, ceux qui ont seulement 3 lignes (mais avec des erreurs partout)… Là, la motiv’ en prend un sacré coup.

Et puis, et surtout: pourquoi écrire ? Surtout que la récré n’est plus très loin…

Bref, fort de ces constatations, je pratique depuis quelques années des P.E. en m’inspirant de la simulation globale.

Je pense d’ailleurs que Julien se rappellera notre projet d’écriture avec “Google doc”. Nous en avions parlé en commentaire ici.

Pour faire simple, il s’agit de créer un univers (prenant pour les enfants), de leur attribuer un personnage (à la façon des jeux de rôles) et de les faire interagir au gré du narrateur (c’est-à-dire nous).

Le but étant d’écrire, d’écrire et d’écrire encore ! Parce que c’est en écrivant qu’on devient écriv…

Le seul problème à l’horizon, c’est que vous allez devoir remettre en cause tout (ou presque) ce que vous faisiez avant (pire des cas…) concernant la conception d’un projet d’écriture, depuis l’impulsion jusqu’au rendu final en passant par les phases de corrections.

Je sais que ça fait un peu vendeur de poudre magique… Mais je vais vous montrer quelques exemples extraits de ma classe, cette année. Je ne vous montre que ceux qui avaient le plus de difficultés à rentrer dans l’écrit. Pour les autres, ça n’a pas vraiment changé : c’était bon et c’est resté bon !

Elève 1 (avant correction):

Elève 1

Elève 1, au bout d’un mois (avant correction):

Elève 1 au bout d'un mois

Elève 2 (avant correction):

image3

Elève 2, au bout d’un mois (avant correction):

image4

Elève 3 (avant correction):

image6

Elève 3, au bout d’un mois (avant correction):

image7

Cela me semble assez significatif ! Ils écrivent !!! Plus et de meilleure qualité.

Et je n’ai montré que 3 exemples, mais 100% des élèves qui avaient des grosses difficultés (au nombre de 7) ont énormément progressé. Pour les autres, les progrès sont également visibles, mais moins spectaculaires : c’était bon (voire excellent) et ça l’est resté !

Concernant la correction, Il faut vraiment “dé-diaboliser” cette étape. C’est lourd et ça peut être quasi insurmontable pour certains…

Pour cela, je vous conseille de poser quelques règles de départ:

1. On écrit uniquement au crayon à papier. Eux, comme moi !

2. J’use et j’abuse de ma gomme. Quand je me trompe ou pour faire des corrections

3. Je pense mon “écrit” avant d’écrire. L’enseignant circule beaucoup, au début, pour donner l’écriture des mots demandés par des élèves ou faire verbaliser les idées.

Attention ! Vous l’avez remarqué, les écrits deviennent conséquents. Ne vous noyez pas, corrigez en temps réel. J’interviens directement sur les écrits des élèves: je gribouille, je barre, j’ajoute un mot ou un petit conseil. Les élèves en tiennent compte en direct et se corrigent : ils gomment (mes conseils, mes corrections et leurs erreurs) et réécrivent !

Je vais vous mettre en ligne les docs que j’ai créés pour ce travail. Je suis bien évidemment dispo si vous avez des remarques ou si vous voulez mettre en place un projet de ce type. Ce n’est pas si lourd à mener et surtout, c’est vraiment payant. Y a enfin des trucs potables à corriger. C’est un peu rude dit comme ça, mais faut être réaliste. Corriger 3 lignes n’a aucun intérêt pour nous et encore moins pour les élèves. Surtout que bien souvent, ces 3 lignes ont été enfantées dans la douleur ! Alors, si en plus faut y revenir…

Encore trop souvent, le processus de correction est conçu comme la finalité d’un projet d’écriture. Or, une production d’écrits est avant tout une situation d’écriture. La correction étant “seulement” une partie du processus et surtout elle a plusieurs formes (cool, d’autres articles en perspectives) !

Alors, avant de lancer les élèves dans un projet souvent le pâle reflet de ce que font les adultes, demandons leur un travail d’enfant, avec les exigences qui vont avec. Ce n’est d’ailleurs rien d’autre que ce que l’on peut lire dans les IO !

 

Bonne écriture,

Bonnes vacances

de décembre,

Et à bientôt,

EMS.

Projet Shéma Narratif (cahier d’aventure):

1. Situation initiale: le Lieu et mon personnage et une banque de mots

2. Elément déclencheur: la lettre avec une aide

3. Les péripéties: départ et péripétie

4. Dénouement: solution ?

5. Situation finale: vous êtes libre (voici la mienne) !!!

Vous agrémentez de photos, de dessins, de lectures, et le tour est joué !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation