Les chroniques de Spiderwick 3

Hi everyone!

titre

En route pour le chapitre 3. Vous trouverez les deux premiers ici et . Dans ce chapitre, on en apprend un peu plus sur la pièce secrète, mais également sur l’étrange présence.

Voici l’aide à la lecture :

Télécharger (PDF, 152KB)

Et l’aide au vocabulaire :

Télécharger (PDF, 624KB)

Voilà pour aujourd’hui ! Bon début de semaine à tou(te)s.

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

Apprendre une leçon

Hello tutti !

todo l'oiseau

Voici une petite fiche méthodologique que j’utilise pour rappeler à mes élèves ce que veut dire apprendre une leçon et comment l’on fait.

J’en profite pour introduire “Todo” le petit oiseau qui se pose des questions. J’utilise cette bestiolle avec ma classe pour indiquer quand c’est une leçon ou un point de méthodologie.

Télécharger (PDF, 280KB)

À bientôt pour les nouvelles aventures de Todo.

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

Les chroniques de Spiderwick 2

Bonjour à tou(te)s !

SpiderwickSpiderwick

Voici la deuxième partie (la première est ici). Elle traite du chapitre 2. C’est le moment du roman où se fait la bascule dans le fantastique. Miammm…

L’aide à la lecture :

Télécharger (PDF, 193KB)

Et l’aide au vocabulaire :

Télécharger (PDF, 370KB)

Voili, voilou, et bon week-end à tou(te)s !

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS

Les chroniques de Spiderwick 1

Bonjour à tou(te)s !

Au menu de cette année, le roman fantastique.

Spiderwick

J’ai choisi de me lancer dans cette fameuse série ! Déjà 5 livres et un film… Mais au-delà de ces caractéristiques peu pédagogiques, c’est surtout l’écriture du récit qui m’a décidé. En effet, le style est assez épuré, simple et efficace. L’histoire avance lentement et laisse le temps à l’intrigue de s’installer. Ici, on ne tombe pas dans les travers à la “Harry Potter”, du genre on en fait des caisses…

Je fais rentrer mes élèves (CM1) dans l’histoire en leur proposant en guise d’accroche les deux lettres d’introduction que voici :

Télécharger (PDF, 282KB)

Puis je présente la carte de l’univers dans lequel les personnages vont évoluer :

carte de Spiderwick

A l’issue de cette séance 0 de découverte (quelques jours avant), je débute ma séquence de lecture dont voici les documents (chapitre 1) :

Télécharger (PDF, 385KB)

et :

Télécharger (PDF, 461KB)

Voilà pour la première partie ! Le chapitre 2 d’ici peu…

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

La méditation à l’école primaire (2)

Salut tout le monde !

à méditer

Dans mon dernier article (ici), je vous ai présenté le but de la méditation et notamment des exercices de respiration.

Aujourd’hui, ce sera au tour de deux autres thèmes qui sont : la mobilisation du corps et de la pensée et la focalisation de la pensée.

Attention, car ces deux thèmes sont très proches, mais pas totalement équivalents. En effet, la focalisation fait plutôt référence à de la concentration tandis que la mobilisation parle de l’attention : c’est la différence entre la précision et vitesse dans la mise en activité.

Je vais commencer par vous parler de la mobilisation du corps et de la pensée.

Pour les élèves, il est souvent assez difficile de passer rapidement d’une séance à la suivante, ou encore d’être prêt à travailler au moment exact ou l’enseignant l’a décidé.

Mais c’est normal. Ne nous leurrons pas ! Les enfants ne sont pas des robots (comme nous, d’ailleurs), ils ont besoin d’une transition. Alors, pourquoi ne pas, justement, accentuer ces transitions ?

C’est ce que je fais depuis quelques années maintenant et cela a l’air de pas mal fonctionner. Typiquement, je ponctue chaque fin de séance par une sorte de “jeu” qui dure une quarantaine de secondes. Je tire, au hasard, une “mission” dans la boîte de “transition” et je la lis. Puis je donne le départ. Les élèves ont entre 30 et 40 secondes pour remplir cette mission. Les missions sont créées de façon à ce que les élèves puissent se défouler, en silence, sans que cela devienne la pagaille dans la classe.

Le point commun à toutes les missions est que les élèves se lèvent de leur place et bougent ! Si pour  les enfants ces missions apparaissent comme un jeu, pour l’enseignant elles sont le moyen de développer la synchronisation entre le corps et la pensée et d’apprendre à être pleinement attentif à ce que l’on fait.

En exemple, je citerai la mission suivante : “vous avez 40 secondes pour vous déplacer partout dans la classe en “slow motion”, calmement et sans vous toucher”. Et je participe, bien sûr ! Je peux vous garantir qu’au bout de 40 secondes, tout le monde est à sa place et surmotivé pour travailler sur la séance suivante.

Voici les missions :

 

Télécharger (DOCX, 16KB)

 

Enfin, parlons de la focalisation. Ici, il est question de savoir comment rendre les élèves concentrés sur un objectif, sans qu’ils passent leur temps à regarder votre magnifique plafond…

Pour cela, j’utilise des outils qui m’ont été transmis par d’anciens Shamans… Je plaisante, surtout par des collègues de mon ancienne Académie (que je salue au passage (les collègues et l’académie)).

Ces outils ont pour but de permettre à l’élève de se concentrer, de la façon suivante :

  • Apprendre à se projeter dans l’activité : donner l’objectif, le but, la tâche, le temps. Il faut être clair et court.
  • Apprendre les routines de travail : il faut un équilibre entre la nouveauté et le déjà-vu.
  • Apprendre à se faire plaisir dans l’activité : penser à créer des activités motivantes pour eux et pour VOUS ! Faites-vous plaisir.

Vous trouverez de petites idées par ici.

N’hésitez surtout pas à vous en servir dans tous les domaines d’apprentissage, pas seulement en EPS… Je sais que la méditation est souvent associée au yoga, mais ce n’est pas du yoga. Vous verrez. Car j’ai une petite séquence de yoga sur le feu… À venir.

Et voilà, j’espère avoir été assez clair sur ce sujet, que je trouve complexe, mais super intéressant. Si vous avez des questions, comme d’habitude, contactez-moi.

Sur ce, ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

La méditation à l’école primaire

Salut à tou(te)s !

Cette semaine je vais vous parler de la méditation à l’école.

méditation

En effet, profitons de ce début d’année pour donner à nos élèves une des plus importante clé pour entrer dans les apprentissages !

Savoir comment se concentrer sur ce que l’on fait, au moment où on le fait.

Alors pourquoi, me direz-vous ? Eh bien parce que ! Parce que c’est une évidence… Qui s’apprend.

Qui n’a jamais rêvassé à sa liste de course pendant un conseil d’école ? Qui écoute de la musique en faisant du sport ? Qui, qui, qui ???

Vous voyez !!! He ben, c’est ça, ne pas être concentré.

Des fois ce n’est pas grave, et des fois c’est l’accident. Et un accident d’apprentissage peut faire de gros dégâts (genre la petite Lulu qui risque de se tailler le doigt avec son taille-crayon, en grammaire).

En méditation, cela s’appelle la pleine conscience !

La pleine conscience n’a rien d’ésotérique. C’est notre rapport à l’instant présent. Internet regorge de docs en tout genre sur ce sujet, mais la plupart passent “à côté” pour vendre leur méthode miracle… Je pratique depuis maintenant plus de 25 ans (merci maman…) et je suis toujours effaré par le nombre de …bip… qui sont publiées sur ce sujet. Surtout sur les sites anglo-saxons… La méditation résoudrait les problèmes de stress, de bien-être, ça rendrait social ou encore gentil… Oui, un peu, mais ce ne sont là que les “effets” secondaires de la méditation. 

La méditation en pleine conscience n’est que la prise de conscience de moi (mon corps) dans l’instant (mon présent). Et c’est déjà pas mal ! C’est donc un outil, que l’on doit apprendre à utiliser à bon escient.

Voici un petit article sympa :

Télécharger (PDF, 303KB)

Pour nous, en tant qu’enseignant, cela va permettre aux enfants d’apprendre à “être” en maths quand on fait des maths. Mais également d’être capable, de passer à la séance suivante en étant rapidement disponible et concentré.

Alors comment ?

Pour moi, cela se traduit par 3 thématiques que j’utilise de façon journalière les 3 premières semaines : la respiration, la focalisation de la pensée et la mobilisation du corps et de l’esprit.

En ce début d’année, je mets en place des situations particulières. Et je m’y réfère, sans cesse, dans tous les domaines : EPS, musiques, géographie… afin que cela deviennent des routines d’attitudes.

Voici un exemple de ce que l’on peut faire en respiration. À adapter à votre niveau de classe, évidemment (vous êtes maître de votre pédagogie) :

(Extrait de l’ouvrage Calme et Attentif Comme Une Grenouille d’Eline Snel)

Voili, voilou pour l’instant. Je vous laisse digérer tout ça avant de revenir avec les 2 thèmes suivants.

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

La rentrée des classes

Et voilà, c’est reparti !

la rentrée

Nouvelle rentrée, nouveaux programmes, bref un nouveau départ…

Je vous présente mon carnet de bord pour cette année. Je compte l’afficher dans la classe avec un code particulier pour que les élèves puissent voir leur progression (explications à suivre).

Mon carnet de bord regroupe les notions que mes CM1 vont devoir acquérir ainsi que les compétences qui y sont rattachées. Comme ça, c’est clair pour mes élèves et pour les parents. Il va de soi que mes évals sont reliées aux intitulés de mon carnet.

Concernant les évals, je les posterai au fur et à mesure…

Voici donc la bête:

Télécharger (PPTX, 359KB)

C’est un doc modifiable que j’ai créé à partir de celui d’une collègue (cenicienta et vous trouverez le document original ici). Mais vous commencez à me connaître… Je ne peux pas utiliser un doc sans le triturer à ma sauce… Je l’ai adapté pour des CM1 et pour qu’il corresponde aux items du livret de mon école !

Je vous souhaite à toutes et à tous

une excellente reprise !

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

Astuces pour finir en beauté

keep-calm-l-ecole-est-finie-2

Et voilà, une année de plus en moins ! Euh, une année en moins de plus… Bref, une année qui s’achève. Dans quelques jours, vous allez lâcher vos loulous (moi, c’est déjà fait… YES !) pour les GRANDES VACANCES !!! Alors, pour vous aider à y entrer le plus sereinement possible, voici des petits conseils (avec commentaires) pour réussir votre sortie en beauté.

Avant d’aller plus loin, je me dois de vous prévenir… Les idées qui vont suivre s’appuient sur le postulat suivant : « Avant les vacances, tout le monde est sur les rotules ! Les petits comme les grands ».

 

10 astuces pour réussir sa fin d’année

 

  1. Profiter les uns des autres du temps qu’il reste à passer ensemble.

Vos élèves vous apprécient pour ce que vous êtes et ce que vous faites au quotidien. Alors ne changez rien, juste parce que c’est la fin de l’année. Rappelez-vous que la routine les rassure. Tout changement, même si c’est « cool », c’est stressant.

 

2. Boucler l’administratif : cahier d’appel, compte de coop, etc.

Ça vous évite les multiples relances de votre directrice/directeur ou même de votre inspection… Pensez qu’ils ont besoin de ces infos pour clôturer leur année. Concernant vos commandes pour l’an prochain, c’est votre dernière chance.

 

3. Anticiper le nettoyage de votre classe (un peu tous les jours).

Si vous faites ça le dernier jour, vous allez courir dans tous les sens et ajouter de la fatigue et du stress…

 

4. Ranger les casiers des élèves en début de dernière semaine.

Cela vous permet de récupérer tout le matériel de la classe qui se trouve dans les casiers, mais également de récupérer les livres de bibliothèque (au besoin les réclamer auprès des parents).

 

5. Maintenir la « pression » en continuant votre semaine, normalement, avec des séances plus « cools » mais préparées !

Si vous vous relâchez, les élèves vont se relâcher et se sentir en vacances (et vous aussi)… Et ce sera l’enfer pour vous, comme pour eux.

 

6. Préparer des séances « calmes » : lecture, informatique, géométrie, arts…

À cette période de l’année, les enfants sont « moins » disponibles pour les séances d’apprentissage trop longues, avec trop de blabla… Le bruit (petit ou grand) fatigue tout le monde.

 

7. Éviter les fausses bonnes idées, genre les films de « 2 heures » ! Privilégier les courtes vidéos pour fixer les idées ou illustrer une séance.

Eh oui, on pense qu’avec une après-midi « ciné » on aura la paix, mais ça casse le rythme de tout le monde. Pourquoi continuer à travailler, après (voire le lendemain).

 

8. Préparer votre programmation pour l’an prochain…

Vous savez dans quel niveau vous enseignerez, alors profitez du rythme pour faire votre programmation de l’an prochain. Au moins les « grandes lignes ». Vous avez sûrement une « maquette » toute prête et une tonne d’idées. Dans deux mois, vous ne vous en souviendrez plus…

 

9. La fin est à la fin !

Le dernier jour doit être plus souple, évidemment, mais structuré comme d’habitude. Les élèves viennent avec leur sac vide. Y a toujours des trucs qui traînent à leur rendre… Ne vous tirez pas une balle dans le pied en faisant 6 heures de garderie. Vous aurez une tête comme ça et les enfants aussi. Mais, pourquoi pas un « petit » goûter pour la dernière heure ? Attention, pas la grosse teuf…

 

10. Les adieux…

Les « adieux » ou les « au revoir » se préparent. Ça doit être court, bref et simple. N’en faites pas des tonnes. Privilégiez le « au revoir » général avant de sortir de la classe pour se mettre en rang, ou le « hug » une fois que vous avez lâché vos loulous pour d’autres aventures !!!

 

Voici le résumé en “todo list” :

Télécharger (PDF, 84KB)

 

Voili, voilou pour le dernier article scolaire de l’année. Ce sont des petits conseils qui ont fait leur preuve. Ayez bien en tête que si vous changez votre pratique, cela va générer un stress et de la fatigue pour tous. De plus, vos élèves le comprendront comme un « au revoir », et une semaine « d’au revoir » n’est supportable par personne.

On croit, à tort, qu’il faut « se détendre » parce que c’est la fin. Mais où est la détente, s’il y a plus de stress, d’énervement, de cassage de voix (pour « conserver » l’autorité), de fatigue…

 

Finir par un soupir (de soulagement), n’est pas finir !

 

Ami(e)s de la pédagogie,

BONNES VACANCES

Et à bientôt,

EMS.

keep-calm-and-say-au-revoir-11

 

Une situation problème en maths

Hello à tou(te)s !

En cette fin d’année scolaire toute proche (2 semaines, dans mon cas) !

Je vous propose une situation problème à faire avec vos élèves, en maths…

madeleines

Vous allez découvrir ou redécouvrir la fabrication des Math’leines© !

Ce savant mélange culino-mathématique s’adresse à des élèves de fin cycle 3, début du cycle 4.

Pour tout ce qui concerne la philosophie et la pédagogie qui est derrière cette séance, je vous invite à aller faire un petit tour par ici et par .

Et pour les plus pressés, voici le document :

Télécharger (PDF, 729KB)

Bonne préparation à tou(te)s !

Ami(e)s de la pédagogie,

À bientôt,

EMS

Le carnet de lecture (2)

Voici enfin la suite du “carnet de lecture” !

Après vous avoir détaillé la méthode pour trouver un livre adapté…

petit rappel sur la règle des 5 doigts

Je vais, maintenant, vous présenter la deuxième idée : Comment utiliser cette lecture de façon efficace ?

Mon but, ici, est d’exploiter le comportement de lecteur de mes élèves. Je veux qu’ils entrent pleinement dans leurs ouvrages, sans le tenir du “bout des doigts”. Pour cela, il faut leur donner une routine de lecture, tout en les “forçant” à y entrer vraiment. J’entends par là s’approprier le livre. Je leur pose donc assez peu de questions du style “lecture guidée”, mais une question assez personnelle sur leur ressenti durant leur lecture. Je leur propose en quelque sorte de m’expliquer pourquoi ils ont aimé ou détesté un ouvrage. Ils se retrouvent donc en position de lecteurs et de “critiques littéraires”, en même temps.

Voici le document que j’ai construit :

Télécharger (PDF, 303KB)

Mes élèves en reçoivent un tous les lundis matin après avoir “partagé” le précédent lors d’une séance d’oral.

Depuis presque 5 mois que je l’utilise, j’ai constaté des progrès énormes, surtout sur ceux qui avaient “mal” à leur motivation ! Ca a pris plus de temps, mais c’est plutôt spectaculaire. Et, en plus, ils mettent beaucoup plus de soin et d’attention dans leurs choix. Avant, c’était plutôt : “J’en prends un parce que j’y suis forcé !” Maintenant, ils se disent que “tant qu’à faire”… C’est beau, la résignation “positive”…

J’espère que cela pourra aider certain(e)s !

Ami(e)s de la pédagogie,

A bientôt,

EMS

En faveur de la lecture