Tag Archives: Enseignement

Trouver sa voix

Salut à tou(te)s !

Cette semaine on va parler de la voix.

voix

J’ai retrouvé un document assez intéressant concernant l’utilisation de notre voix en tant qu’enseignant. Il m’a été super utile (en plus des nombreux conseils de collègues) en début de carrière, pour prendre de bonnes habitudes dès le départ.

En effet, parler devant un auditoire s’apprend ! La voix est un outil qu’il faut savoir manier et protéger.

Voici donc un premier document abordant le côté théorique :

Télécharger (PDF, 192KB)

Ce second document donne des conseils assez précis quant à l’utilisation de la voix en contexte :

Télécharger (PDF, 162KB)

J’espère que cela pourra vous aider.

En guise de dernier conseil, je pense que le plus difficile c’est quand même d’apprendre à se taire !

Mais ça, c’est un autre sujet.

Ami(e) de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

KliniK

Trouver sa voix

Dans ce nouvel article, je vais vous parler de l’outils principal de l’enseignant, à savoir sa voix !

Ce sera également l’occasion de lancer une nouvelle rubrique concernant la santé des enseignants.

KliniK

Votre voix est votre instrument de travail. Pas de voix, pas de classe ! Or nous l’utilisons quotidiennement et surtout longtemps.

On “tire” beaucoup dessus en début de carrière, puis, l’expérience venant, cela vient de façon plus ponctuelle mais inévitable lors d’une année scolaire (moment de discipline, reprise d’école, sortie scolaire,…) alors voici quelques conseils pour la protéger.

Tout d’abord, il faut savoir que la rentrée est toujours assez violente pour les cordes vocales (classe sympa ou pas) car l’on passe d’une utilisation “normale” pendant les vacances, à un moment où il va beaucoup falloir expliquer. Vous devez donc anticiper ce moment en alternant, dans votre programme de rentrée, les phases d’explications avec des phases ou vous serez au repos (vocalement) et donc les élèves en activités. Adoptez dès le début un ton “bas” car il faut que les élèves s’habituent très vite à se taire pour entendre, plutôt qu’ils sachent “travailler” dans le bruit. Vous n’arriverez jamais à vous faire entendre en parlant plus fort. Les enfants s’habitueront seulement à bosser dans le bruit. N’oubliez pas qu’ils sont une 20aine et que vous êtes seul(e)… Boire des boissons chaudes (thé, infusion) durant les deux premières semaines, pendant la classe, n’est pas totalement idiot. Au pire vous irez plus aux toilettes pendant les récrés…

Ensuite, entrainez-vous à donner des consignes simples, claires et courtes. Evitez les longs discours ! Rappelez-vous: “Plus vous enseignez et moins ils apprennent“. Instaurez des règles de discussion en fonction du mode de travail (petit groupe, groupe classe, individuel, groupes d’échanges, débats, etc.) pour que les élèves apprennent aussi à utiliser leur voix.

Lorsque vous menez une séance, évitez de créer votre propre bruit en privilégiant la règle du moindre bruit: comme par exemple, lorsque vous avez fini une explication, ne dites pas “vous avez compris ?” parce que vous allez avoir une tonne de “OOUUUUUIIIIII !!!!”, demandez plutôt “qui n’a pas compris ?”. Il devrait y avoir moins de réponses (sauf si votre explication était à ch…). Dans tous les cas, faites-les utiliser leurs doigts avant de parler !

Pour terminer, prenez soin de vous de manière général: sommeil, nutrition, sport (pour la respiration et la gestion de l’effort) et surtout protégez votre voix. Si vous avez très mal à la gorge ou même des extinctions de voix, allez voir votre médecin. Ce n’est pas normal. Même pour les bébés profs !

Comme d’hab, si vous avez des questions ou des idées à partager, ou si vous voulez une aide précise, n’hésitez pas.

Ami(e)s de la pédagogie,

Salut !

EMS.

PS: voici un document assez bien fait pour aller plus loin sur le sujet (d’après EduSCOL)

Que se cache-t-il derrière la fiche de prép ???

apprendre

 

 

Aujourd’hui je voulais donner un conseil aux nouveaux, en revenant sur une discussion menée avec une collègue, il y quelque temps, au sujet de la fameuse fiche de préparation. On fait  la découverte de cette fiche à l’IUFM (ou en Master, maintenant), où elle est présentée, puis imposée et exigée lors des “inspections”. Or, cet outil garde une mauvaise réputation et surtout, elle n’est pas vraiment utilisée. Alors, pourquoi ??? 

Est-ce qu’il viendrait à l’idée d’un acteur de théâtre de monter sur scène sans savoir son texte ? J’en vois qui couine ! Ok, il existe l’impro…

Mais alors, même dans ce cas, comment suis-je certains de garder mon fil conducteur ? Est-ce que je sais bien où je vais, en termes d’objectifs ?

Et c’est là où je veux en venir… Je sais que ça demande un peu de taff, mais c’est le seul outil qui nous permet de clarifier l’apprentissage qui va être mis en place. Car, si c’est clair dans notre tête, il y a plus de chance pour que ça le soit pour nos élèves (la réciproque étant vrai, aussi).

Maintenant, il faut reconnaitre qu’il est impossible de faire une fiche pour toutes les séances d’une journée. C’est là que les “guides du maitre” interviennent, avec, également les blogs de profs avec des séances clés en mains. Mais dans les deux cas, il faut s’approprier la fiche, la comprendre et l’adapter à sa pratique ! Parce que, ce qui fait que nous ne sommes pas des robots, de simples exécutants, c’est notre liberté pédagogique: C’est ça, ce qu’il y a derrière la fiche de prep !

La fiche de préparation doit permettre d’organiser les étapes de l’apprentissage que l’on va mettre en place. Elle s’appuie sur la théorie à laquelle on se rattache. Vous trouverez ici un petit rappel des principales.

Pour la présentation, vous êtes assez libre. Je vous donne un petit exemple, mais la meilleure, c’est celle que vous allez créer vous-même:

fiche de préparation

fiche de préparation

Pour finir, avec cet outil, je le trouve également assez top pour la différenciation. L’organisation est beaucoup plus efficace. Ce sera, d’ailleurs, le sujet d’un prochain article.

Ceci étant dit, faites-vous plaisir: c’est vous le maitre (ou la maitresse) !

EMS

Enseigner au XXIème siècle: une intro, un blog !

lire

Ça y est, on est bel et bien entré dans le 21ème siècle. En tant que prof (depuis plus de 10 ans maintenant), je me pose évidemment pas mal de questions sur mon métier et sur mes pratiques. Passage obligé pour tous les enseignants, il me semble.

Avant d’aller plus loin, je dois quand même préciser que je fais partie de la génération que j’appellerai “Iprof”: utilisation journalière de l’outil Internet, SmartBoard (ou TBI) en classe, AppleTV, blog d’école et de classe, classe ipads ou tablettes… Bref, un vrai TICEophile !

Mes premiers constats me laissent quelque peu dubitatif. En effet, si le métier d’enseignant a beaucoup changé depuis ses “débuts”, avec des petites révolutions en gestion de classe (Freinet ou Montessori, pour ne citer que les plus célèbres) ou encore l’arrivée poussive de l’outil informatique dans les classes, il a, à mon sens, encore beaucoup de difficultés à évoluer pédagogiquement (et didactiquement) parlant.

Et là, en guise d’exemple, je citerai les séquences pédagogiques d’apprentissage que l’on trouve à foison sur le net… En effet, sur ce point, Le web a bien amélioré le travail. Il regorge de documents. Il suffit de “rider” (parcourir pour les puristes) le net avec notre ami Google pour se rendre compte que l’offre en la matière est assez riche. On trouve aisément des séquences toutes prêtes sur à peu près tout et pour tous les niveaux. A première vue, c’est innovant ! Ca claque, c’est pensé et les élèves sont mis au travail dans la joie et blabla… Mais à y regarder de plus près, on retrouve furieusement les trames des “bouquins”. Bref, je trouve ça plutôt bof… Parce que, en gros, malgré un toilettage numérique (une pseudo personnalisation des outils) on reste quand même, assez proche des méthodes de grands-mères. Euh, je voulais dire du commerce.

Et puis, si c’est pour imprimer une tonne de papier par derrière, je ne vois pas trop la logique du truc… Sans parler de certains sites pros que je ne nommerai pas… On se demande même si les mots pédagogie et didactique leur sont connus.

Alors, je me suis dit que j’avais mon mot à dire sur ce sujet. J’suis prof ! Depuis mes débuts, j’essaie de proposer à mes élèves des séquences d’apprentissage de qualité, en montant des projets innovants. J’me pose des questions (des tonnes) et je cherche des solutions. Comme tout le monde (surtout ceux qui me liront), j’ai pas mal sillonné le net et j’ai trouvé (bien cachées) un bon nombre de pépites parmi le nombre pharaonique de m… Je lis également les travaux de recherches, j’me documente, Je teste, j’me plante aussi, et je recommence… Le bilan de tout ça, c’est que ça m’a permis de me faire ma petite opinion sur l’éducation aujourd’hui.

D’où ce blog !

Donner des idées (pratiques), réfléchir sur des pratiques, connaitre les nouvelles méthodes, partager avec ceux qui veulent bien me lire et aider à devenir et être un enseignant du XXIe siècle !

Car, pour moi, être prof ce n’est pas appliquer “texto” ce qui a été conçu par d’autres (entreprises ou particuliers), même si on veut être opérationnel dès la première année. Je ne suis pas contre le pompage de séquences ou séances, au contraire (faut pas réinventer la roue), mais ça doit être pensé: il faut s’approprier ce travail (dans tous les sens du terme). L’enseignant n’est pas un exécuteur, c’est un exécuteur de ce qu’il a conçu et pensé ! C’est la difficulté… Etre prof n’empêche pas d’essayer de réfléchir.

Je vais donc profiter de ce blog pour vous faire partager “mes” recherches, “mes” trouvailles, et autres petits conseils glanés au fil des ans et auprès de gens plus que compétents à mes yeux.

Alors, c’est parti !

EMS