Tag Archives: Français

Les cartes de conjugaison : le Bata-Verbe

Bonjour à tou(te)s !

Aujourd’hui :

Voici un jeu que j’ai créé il y a quelque temps maintenant pour que mes élèves puissent tester leur connaissance concernant l’accord des formes vernales. L’idée était qu’ils comprennent qu’accorder revenait à mettre au même niveau…

L’exemplaire d’aujourd’hui concerne les formes du présent pour les verbes en “e”, en “s” et ceux qui doivent être connu au cycle 3.

On y joue à la manière d’une bataille. Le but étant de “rafler” (faut aller vite…) le maximum de cartes, soit dans un temps imparti, soit jusqu’à épuisement du stock. C’est à vous de voir en fonction du profil de vos joueurs…

Le Comment : chaque joueur dispose de 10 cartes en mains, face visible. Le reste constitue la pioche.

Ensuite, on pioche une carte dans le tas de “pioche” et on la retourne face visible au milieu.

Celui qui dispose de la “paire” de la carte, doit la poser le plus vite possible à côté :

Si l’accord est bon, on vérifie en retournant les cartes, les niveaux colorés doivent être égaux :

J’ai piqué cette idée au jeu de bataille “batawaf”, merci les gars 🙂

Si l’accord est bon, le gagnant prend les cartes et les place à côté de lui. Attention, s’il y a plus de 2 joueurs, il faut être le plus rapide…

Si l’accord n’est pas bon, on remballe les cartes dans la pioche et on en reprend des nouvelles, afin d’en avoir toujours 10 dans les mains (tant que cela est possible) !

On continue ainsi jusqu’à la fin…

Pour définir la fin de la partie, vous avez 2 options : soit les élèves vont jusqu’à l’épuisement de la pioche, soit on fixe un temps limite (genre entre 8 et 10 min) et dans tous les cas, ils vérifient celui qui a le plus de cartes !

Perso, je préfère utiliser la limite temporelle, mais c’est au choix.

Voici un exemplaire de cartes pour vous faire une idées :

Télécharger (PDF, 88KB)

N’hésitez pas à me faire des retours !

Et voilà le “deck” complet :

Télécharger (ZIP, 1.61MB)

Bonnes parties !

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

Une histoire dont vous êtes le héros

Salut à tou(te)s !

Cette semaine je déterre un ancien sujet traité sur ce même blog ici.

histoire

En effet, vous avez été nombreux à demander un exemple de ce que l’on pouvait attendre d’une classe. Alors, voici la bête…

Ce projet d’écriture et vraiment top. Il nécessite de longues heures de boulot, mais au final, les élèves écrivent ! Et pour de vrai !

Voici donc le document aimablement partagé par François (merci, mon François !) :

Télécharger (PDF, 671KB)

Pour toutes questions, pas d’hésitation. Je transmettrai à l’intéressé.

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

Les chroniques de Spiderwick 1

Bonjour à tou(te)s !

Au menu de cette année, le roman fantastique.

Spiderwick

J’ai choisi de me lancer dans cette fameuse série ! Déjà 5 livres et un film… Mais au-delà de ces caractéristiques peu pédagogiques, c’est surtout l’écriture du récit qui m’a décidé. En effet, le style est assez épuré, simple et efficace. L’histoire avance lentement et laisse le temps à l’intrigue de s’installer. Ici, on ne tombe pas dans les travers à la “Harry Potter”, du genre on en fait des caisses…

Je fais rentrer mes élèves (CM1) dans l’histoire en leur proposant en guise d’accroche les deux lettres d’introduction que voici :

Télécharger (PDF, 282KB)

Puis je présente la carte de l’univers dans lequel les personnages vont évoluer :

carte de Spiderwick

A l’issue de cette séance 0 de découverte (quelques jours avant), je débute ma séquence de lecture dont voici les documents (chapitre 1) :

Télécharger (PDF, 385KB)

et :

Télécharger (PDF, 461KB)

Voilà pour la première partie ! Le chapitre 2 d’ici peu…

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

Situation problème (1)

Dans ce petit article, je vais vous présenter une situation problème menée la semaine dernière dans ma classe. Cela me permettra d’illustrer le précédent article (ici). Avant de commencer, je voulais revenir (grâce aux bons conseils d’une collègue) sur la définition de “problème” car elle pose problème… Dans le tableau ci-dessous, Gérard De Vecchi (chercheur en sciences de l’éducation) résume assez bien le propos :

Gérard De Vecchi (extrait de conférence)

 

 

On voit très bien que ce que l’on appelle communément des problèmes, ne sont en réalités que des exercices permettant de réinvestir la règle étudiée: les exercices servent à s’exercer, alors que résoudre un problème c’est inventer un “chemin” (merci Gérard).

Le deuxième point important, après la définition, c’est qu’une situation problème peut se faire dans tous les domaines. 

En voici un petit exemple, en français…

Voici le cadre: Mon but est de travailler sur le participe passé. Je propose à mes élèves de transposer un texte à l’imparfait (la séquence est finie), en glissant dans le petit texte le “problème” suivant: “Les gens marchent dans les rues encombrées de voitures.”

Une fois le travail fini, nous faisons une mise en commun pour se corriger et la phrase ci-dessus devient: “Les gens marchaient dans les rues encombraient de voitures.”

Au bout de quelques secondes des mains se lèvent pour affirmer leur désaccord. Deux clans vont alors se former. Ceux qui affirment que “encombrer” est un verbe, alors il faut le conjuguer; Et ceux qui pensent qui pensent que non, mais qui ne savent pas trop ce que ça peut être…

Voilà ma situation-problème !

Pour trouver une solution, je m’inspire du protocole suivant:

 

IREM

 

 

Pour la recherche, les élèves ont maintenant beaucoup d’outils à leur disposition: les outils de grammaire (cf article précédent), dictionnaires, passer à la traduction dans une autre langue (mes élèves sont bilingues), etc.

Les élèves travaillent en groupes et doivent se mettre d’accord pour donner une réponse.

 

Le bilan a montré ceci:

– La nature de “encombrer”, c’est d’être un verbe.

– Son rôle (sa fonction) n’est pas d’être un verbe, mais un adjectif.

– La forme “adjectivale” d’un verbe s’appelle… Le participe passé !

La phrase va donc s’écrire:  “Les gens marchaient dans les rues encombrées de voitures.”

Ce petit bilan est allé tout droit dans les traces écrites de la classe ! Affaire à suivre…

Pour finir cet article, je voulais terminer par un petit conseil à ne pas oublier:

Les élèves ne répondent vraiment qu’aux questions qu’ils se posent !

Ami(e)s de la pédagogie, Salut !

EMS