Tag Archives: Pédagogie

La tour des responsabilités

Cette semaine je vous présente la Tour des Responsabilités !

 

J’utilise cette tour dans ma classe pour gérer les “métiers” que j’attribue à mes élèves. Cette tour est constituée de plusieurs blocs qui s’empilent les uns sur les autres pour former un immeuble. Certains y verront sans doute un clin d’œil à mes années d’enseignant à New York… Dans chacun des blocs figure la responsabilité de/des élève(s) ainsi qu’un espace pour une/des étiquette(s) de prénom.

Je voulais une lecture verticale claire et lisible pour mes élèves et pour moi. Mais je voulais également qu’il y ait, derrière, un message de construction au sens “bâtir” ainsi que celui de l’édifice qui représente la classe. Cela me semble important que les élèves comprennent que leurs actions participent à la cohésion de la classe. Ce sont de réelles responsabilités, importantes, pas de simples occupations amusantes…

Je vous donne deux versions de la “Tour des Responsabilités”. La première est toute prête à l’emploi, il ne reste qu’à inscrire les prénoms, et la suivante est modifiable en fonction de votre fonctionnement et du profil de votre classe.

Voili :

Télécharger (ZIP, 240KB)

Et voilou :

Télécharger (ZIP, 141KB)

 

En vous souhaitant une bonne utilisation !

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

La rentrée des classes

Et voilà, c’est reparti !

la rentrée

Nouvelle rentrée, nouveaux programmes, bref un nouveau départ…

Je vous présente mon carnet de bord pour cette année. Je compte l’afficher dans la classe avec un code particulier pour que les élèves puissent voir leur progression (explications à suivre).

Mon carnet de bord regroupe les notions que mes CM1 vont devoir acquérir ainsi que les compétences qui y sont rattachées. Comme ça, c’est clair pour mes élèves et pour les parents. Il va de soi que mes évals sont reliées aux intitulés de mon carnet.

Concernant les évals, je les posterai au fur et à mesure…

Voici donc la bête:

Télécharger (PPTX, 359KB)

C’est un doc modifiable que j’ai créé à partir de celui d’une collègue (cenicienta et vous trouverez le document original ici). Mais vous commencez à me connaître… Je ne peux pas utiliser un doc sans le triturer à ma sauce… Je l’ai adapté pour des CM1 et pour qu’il corresponde aux items du livret de mon école !

Je vous souhaite à toutes et à tous

une excellente reprise !

Ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt,

EMS.

Une situation problém(atiqu)e ?

situation problème

Pour entamer l’article d’aujourd’hui, je voudrais citer une phrase qui me plait beaucoup et qui fait un peu partie de la philo de ce blog: “Plus vous enseignez, moins ils apprennent !”

Je pense que ça résume assez bien notre quotidien. En effet, qu’on le veuille ou non, faire une séance façon cours “magistral” ne marche pas (même dans les “beaux” quartiers). Les rapports et autres études sont assez nombreux sur ce sujet. En gros, en faisant ça, on “joue” à enseigner et les élèves “jouent” à apprendre. Tout le monde fait semblant et c’est bien plus simple comme ça !

Et c’est bien là le fond de la question: cette simplicité recherchée par tous ! Or, elle n’est qu’apparente. 

On va d’abord se mettre d’accord sur le terme simplicité. Il faut entendre “y” passer le moins de temps possible pour le meilleur résultat (ça s’appelle le rendement) ! Du côté de l’enseignant cela se traduira par: “je ne vais pas y passer mes week-ends et mes vacances”. Et du coté des élèves ce serait plutôt du: “Qu’est-ce que je fous ici, alors qu’il fait si beau ailleurs ?”… Bref, personne ne veut faire le “vrai” boulot. 

Parce qu’en définitif, on se plaint que les élèves ne pigent rien et n’apprennent pas (nos belles évals à l’appui) ; Et les élèves sont complètement largués (en majorité) à cause des notions non véritablement acquises. Il n’y a qu’à regarder les résultats nationaux aux différentes évaluations et ex-évaluations pour voir que question rendement, c’est plutôt mauvais pour tout le monde…

Je n’ai malheureusement pas THE baguette magique (parce que la magie n’existe pas) mais UN début de réponse:

Ce sont les situations problèmes !

Il s’agit de mettre les élèves en situation d’apprentissage par le biais de vraies situations problèmes. Je sais, ce n’est pas nouveau… Hé ben si ! Parce que la plupart des méthodes ou des écoles en faisant (soi-disant), ne sont pas de vraies situations problèmes pour les enfants (je vous invite à lire, ici, les propos de Meirieu). 

C’est pourquoi, le mot que vous allez devoir garder en tête lors de vos préparations est le mot “sens” ! En effet, c’est ce qui fait souvent défaut à nos situations d’apprentissages, qui, au maximum, en ont pour nous… Et encore… Dire: c’est dans les programmes ! Ne suffit pas à y mettre LE sens, malheureusement. En effet, il faut que nos séances aient le même sens pour nous et pour nos élèves, sinon c’est à sens unique…

L’idée de base est simple, puisqu’il s’agit pour les élèves d’atteindre un but “atteignable”, en mobilisant au passage les compétences que nous avons ciblé (au moins). C’est donc le “chemin” parcouru par l’enfant, qui va être important. Et le top, c’est que vous pouvez créer des situations dans toutes les domaines, pour toutes les compétences et à tous les niveaux du primaire au secondaire, et même plus. Seule votre imagination sera votre limite !

Pour vous aider dans cette tâche, voici deux “livres de chevet”:

situations problèmes 1

Des exemples et des idées !

situations problèmes 2

Un petit condensé de la démarche…

Pour ma part, ce qui me plait dans cette démarche, c’est que c’est surtout anti-chiant à préparer et que mes élèves sont à 2oo%. Et ça, c’est important pour moi, puisque je suis plutôt un adepte de l’efficacité. Et puis, je trouve assez intéressant l’idée de concevoir l’apprentissage comme étant une recherche (très guidée) pour l’élève. 

Pour ceux que ça intéresse, je peux donner des séances, des idées, de l’aide, suffit de demander. Mais ça ne remplacera jamais votre précieux travail !

Pour terminer, je crois qu’il faut que l’on soit bien d’accord avec que le fait que chacun (enseignant et élève) doit se retrousser les manches ! Attendez, ne partez pas, j’ai pas fini (y a encore des lignes en-dessous). Ensuite, NOUS (enseignants) nous allons devoir faire le premier “pas”, hé oui (si on attend que les enfants commencent)… Revenez, j’ai toujours pas fini. Et pour finir, va falloir avoir un bon rendement: vous voyez que vous avez bien fait de rester !!! Mais quand je parle de rendement, c’est de celui avec un grand R… Celui qui veut dire: n’en faites pas une tonne parce que vous êtes ultra-motivé, restez dans votre sujet !

Sur cette petite note finale, ami(e)s de la pédagogie,

à bientôt !!!

EMS.

Enseigner au XXIème siècle: une intro, un blog !

lire

Ça y est, on est bel et bien entré dans le 21ème siècle. En tant que prof (depuis plus de 10 ans maintenant), je me pose évidemment pas mal de questions sur mon métier et sur mes pratiques. Passage obligé pour tous les enseignants, il me semble.

Avant d’aller plus loin, je dois quand même préciser que je fais partie de la génération que j’appellerai “Iprof”: utilisation journalière de l’outil Internet, SmartBoard (ou TBI) en classe, AppleTV, blog d’école et de classe, classe ipads ou tablettes… Bref, un vrai TICEophile !

Mes premiers constats me laissent quelque peu dubitatif. En effet, si le métier d’enseignant a beaucoup changé depuis ses “débuts”, avec des petites révolutions en gestion de classe (Freinet ou Montessori, pour ne citer que les plus célèbres) ou encore l’arrivée poussive de l’outil informatique dans les classes, il a, à mon sens, encore beaucoup de difficultés à évoluer pédagogiquement (et didactiquement) parlant.

Et là, en guise d’exemple, je citerai les séquences pédagogiques d’apprentissage que l’on trouve à foison sur le net… En effet, sur ce point, Le web a bien amélioré le travail. Il regorge de documents. Il suffit de “rider” (parcourir pour les puristes) le net avec notre ami Google pour se rendre compte que l’offre en la matière est assez riche. On trouve aisément des séquences toutes prêtes sur à peu près tout et pour tous les niveaux. A première vue, c’est innovant ! Ca claque, c’est pensé et les élèves sont mis au travail dans la joie et blabla… Mais à y regarder de plus près, on retrouve furieusement les trames des “bouquins”. Bref, je trouve ça plutôt bof… Parce que, en gros, malgré un toilettage numérique (une pseudo personnalisation des outils) on reste quand même, assez proche des méthodes de grands-mères. Euh, je voulais dire du commerce.

Et puis, si c’est pour imprimer une tonne de papier par derrière, je ne vois pas trop la logique du truc… Sans parler de certains sites pros que je ne nommerai pas… On se demande même si les mots pédagogie et didactique leur sont connus.

Alors, je me suis dit que j’avais mon mot à dire sur ce sujet. J’suis prof ! Depuis mes débuts, j’essaie de proposer à mes élèves des séquences d’apprentissage de qualité, en montant des projets innovants. J’me pose des questions (des tonnes) et je cherche des solutions. Comme tout le monde (surtout ceux qui me liront), j’ai pas mal sillonné le net et j’ai trouvé (bien cachées) un bon nombre de pépites parmi le nombre pharaonique de m… Je lis également les travaux de recherches, j’me documente, Je teste, j’me plante aussi, et je recommence… Le bilan de tout ça, c’est que ça m’a permis de me faire ma petite opinion sur l’éducation aujourd’hui.

D’où ce blog !

Donner des idées (pratiques), réfléchir sur des pratiques, connaitre les nouvelles méthodes, partager avec ceux qui veulent bien me lire et aider à devenir et être un enseignant du XXIe siècle !

Car, pour moi, être prof ce n’est pas appliquer “texto” ce qui a été conçu par d’autres (entreprises ou particuliers), même si on veut être opérationnel dès la première année. Je ne suis pas contre le pompage de séquences ou séances, au contraire (faut pas réinventer la roue), mais ça doit être pensé: il faut s’approprier ce travail (dans tous les sens du terme). L’enseignant n’est pas un exécuteur, c’est un exécuteur de ce qu’il a conçu et pensé ! C’est la difficulté… Etre prof n’empêche pas d’essayer de réfléchir.

Je vais donc profiter de ce blog pour vous faire partager “mes” recherches, “mes” trouvailles, et autres petits conseils glanés au fil des ans et auprès de gens plus que compétents à mes yeux.

Alors, c’est parti !

EMS